WWW.DISSERS.RU


...
    !

Pages:     | 1 | 2 || 4 |

332 Scrinium IV (2008). Patrologia Pacifica 5, de lAnnonciation Orat. 45, In Sanctum Pascha [lAnnonciation] [les Pques], -,, 21 22 22 <...> Notons encore que Lon nomme la Nativit dune manire un peu archaque :, et non, justement comme le fait S. Grgoire.Probablement, si les savants franais avaient aperu ces parallles, Lon aurait t en bu e de nouveaux reproches, ce e fois de plagiat. Mais une pareille critique serait injuste elle aussi. La citation tait propre aux uvres des Byzantins : ils pensaient par citations et connaissaient par cur une grande quantit de textes, non seulement des Saintes critures, mais aussi des Pres.24 Assurment, les auditeurs de Lon devaient reconnatre les citations des sermons de S. Grgoire, mais je doute que cela ait pu les irriter ; au contraire, ils auraient plutt t ravis en voyant lart avec lequel larchevque relie les citations et les insre dans son homlie.

En examinant des uvres pareilles, il faut prendre en considration quil ne sagit pas de singularits des auteurs ni de plagiat en tant que tel ; cest un style dtermin, une manire tout fait habituelle pour les byzantins qui aimaient et savaient reconnatre les citations des critures et des auteurs prfrs, chrtiens comme profanes.Bien entendu, les homlies byzantines se distinguent des sermons que lon peut entendre lglise de nos jours : les hommes daujourdhui trouvent excessif ce que les byzantins considraient comme plaisant et (21) 299.8687.

(22) 624.3031. Cf. lhirmos de la 8e ode du canon des Pques :...,...

(23) Cf., par exemple : Orat. 38, In theophania, PG 36, 313.35 et 44.

(24) Ce e pratique tait leffet de la mditation sur les criture divines, une des occupations principales des moines ; cf. pour les dtails . . , . (-, 2000) ( - ) 4853.

(25) On peut se rappeler lpisode de la Chronographie de Michel Psellos o un fla eur de la cour, en citant deux mots dHomre seulement, a su calmer lindignation des courtisans obligs descorter Sclrne, matresse de lempereur Constantin IX ; cf. E. Renauld, Michel Psellos, Chronographie ou histoire dun sicle de Byzance (9761077), t. III (Paris, 19261928) t. I, 146 (ch. 6, sect. 61.110) ; trad. russe : . . , , .

(-, 2003) ( ) 90.

Kassia Senina gracieux. Ainsi, S. Grgoire le Thologien dans son Homlie sur la Pentecte, en commenant ses raisonnements sur la symbolique des nombres,26 dit : Car il faut parler, mme si notre parole scarte un peu du sujet, sur ce qui est lobjet du zle des amateurs des sciences, pour que nous ajoutions la fte quelques dlices .27 V. :

S. Cassia de Constantinople et Platon Les sources des pigrammes de Cassia et la faon dont elle les remanie ont t jusqu prsent insuffisamment tudies, malgr que les vers profanes de ce e potesse byzantine aient t examins dans quelques tudes.1 M. Lauxtermann a mis en vidence quelques sources (26) Justement ceux que Lon le Mathmaticien a rpts et pour lequels il est devenu lobjet dune critique si svre.

(27) PG 36, 439.3033 :,,,.

(1) Toute la bibliographie antrieure 1967 est ramasse dans I. Rochow, Studien zu der Person, den Werken und dem Nachleben der Dichterin Kassia (Berlin, 1967) (Berliner Byzantinische Arbeiten 38) 5972 et les notes. Louvrage dA. Tripolitis, Kassia: the Legend, the Woman, and her Work (New YorkLondon, 1992) contient la traduction anglaise de tous les vers de Cassia (p. 106 141), mais presque rien (et au moins rien de nouveau) sur ses sources. Les pigrammes de Cassia ont t examines dune manire assez dtaille par M. D. Lauxtermann, The Byzantine Epigram in the Ninth and Tenth Centuries.

A Generic Study of Epigrams and Some Other Forms of Poetry (Amsterdam, 1994) 110127. Une trs belle tude a t consacre aux vers profanes de Cassia par E. V. Malteze, Una contemporanea di Fozio, Cassia. Osservazione sui versi profani, dans : M. Salvadore (a cura di), La poesia tardoantica e medievale. A i del I Convegno Internazionale di Studi. Macerata, 45 maggio 1998 (Alessandria, 2001) 7183 ; lauteur soumet la critique (qui me semble juste) certaines conclusions de Lauxtermann. Cf. aussi ltude E. V. Maltese, Le ura di Cassia, dans : F. De Martino (a cura di), Rose di Pieria (Bari, 1991) 339361. Les travaux de Maltese semblent tre rests inconnus lauteur dun article rcent sur Cassia : A. M. Silvas, Kassia the Nun c. 810 c. 865: an appreciation, dans :

L. Garland (ed.), Byzantin Women: Varieties of Experience 8001200 (Aldershot, 2006) 1740 (je remercie bien Dr. Silvas qui a voulu menvoyer son article en fichier). A. Silvas cite une tude qui me reste inaccessible : J. A. Bentzen, A Study of the Liturgical and Secular Works of Blessed Kassia, Byzantine Nun and Poet (Unpublished MA Thesis: University of New England, Australia, 1994).

334 Scrinium IV (2008). Patrologia Pacifica de luvre de Cassia : ce sont la tradition sopique, Mnandre, Euripide, S. Grgoire le Thologien, la Bible et la tradition dite monastique, en premier lieu S. Jean Climaque. E. Malteze a fait remarquer quelques procds caractristiques de la potesse et quelques sources de ses pigrammes qui navaient pas t releves dans les tudes antrieures.Dans ltude prsente je voudrais me re en relief encore une source possible des vers de Cassia et la mthode du remaniement de ces sources propre la potesse.

Une srie de ses pigrammes commence par le mot. Il y en a quatre qui se succdent et semblent reprsenter un bloc :.

La solitude plutt quune vicieuse4 socit ..

Et une maladie plutt quune vicieuse sant ..

Il vaut mieux tre infirme qutre sain mal .

.

,,,,.

Il vaut mieux se taire que dire des choses inconvenantes.65 (2) Par exemple, il a relev une parallle avec le roman dAchille Tatius Leucippe et Clitophon (Maltese, Una contemporanea di Fozio, Cassia, 7778) ; cela me parat important pour lexamen des relations de Cassia avec ses contemporains illustres, tels que Photius et Lon le Mathmaticien, cf.

plus bas.

(3) Cod. Brit. Mus. Addit. 10072, dition de K. Krumbacher, Kasia, Sitzungsberichte der philosophisch-philologischen und der historischen Classe der k.b. Academie der Wissenscha en (1887) He. 1, 360.7782.

(4) On verra plus bas pourquoi je traduis de Cassia comme vicieuse et non pas mauvaise, par exemple, comme lont fait A. Tripolitis (Kassia..., 131.22) et E. Lipic ( en russe : . . , VIII IX (, 1961) 323, 3940).

(5) Tripolitis traduit ce vers comme Illness is be er than poor ability (Tripolitis, Kassia..., 131.23), et Lipic comme , [cest--dire prosprit] (, ..., 323, 40) ; mon avis, cela ne reflte pas le sens de loriginal, surtout en tenant compte de la source de ce vers, cf. plus bas.

(6) Cest une citation de Comparatio Menandri et Philistionis :

(S. J kel, Menandri Sententiae (Leipzig, 1964) Sect. 1.129). Mais cf. 2 Macc. 12 : 14:.

Kassia Senina Car dans le silence il ny a ni danger, ni dfaut,ni regret,8 ni accusation, ni jure ..

Un grand gain est dans une belle proportion .Les 2me et 3me pigrammes sont trs intressantes cause dune parallle possible avec Respublica de Platon:

.

.

,,,. Par suite, la vertu est, ce semble, sant, beaut, bonne disposition de lme, et le vice12 maladie, laideur et faiblesse .(7) Le mot dfaut, tare, infirmit, tache est employ assez souvent dans lAncien Testament (Lev 21 : 1718,21,23 ; 22 : 2021,25 ; Deut 15 : 21 ; 17 : 1 ; Num 19 : 2 ; Song 4 : 7 ; Sir 11 : 31,33 ; 18 : 15 ; 33 : 23 ; 47 :

20). Il semble que la parallle la plus proche est Sir 20:24: Cest une grave souillure pour un homme que le mensonge, il est ressass par les ignorants . Cf. la mme expression en Deut 15 : 21 employe pour indiquer quel animal on ne doit pas immoler Dieu.

(8) Une allusion possible aux mots de S. Arsne le Grand:,, Aprs avoir parl je le regre ais souvent, et jamais aprs mtre tu (, 40 Apophthegmata patrum (collectio alphabetica); PG 65, 105C).

(9) Cest apparemment une allusion la dfense aux chrtiens de jurer:

Jam 5 : 12; cf. Ma 5 : 35.

(10) Bien que ce e dernire pigramme commence autrement, je pense quon doit la rapporter au mme bloc (et aussi par la faon dont elle est compose, voir plus bas), tandis que lpigramme qui la suit , Si tu hais dtre reproch, ne reproche pas personne (l. 84) semble se rapporter au bloc suivant dpigrammes (l. 8592) qui toutes commencent par le mot je hais .

(11) Livre IV, 444de; ldition de J. Burnet, Platonis Opera, vol. 4 (Oxford, 1902; repr. 1968).

(12) Ici chez Platon signifie le vice ; cest pourquoi jai gard ce e parallle en traduisant les vers de Cassia, voir n. 4.

(13) Je cite la traduction du prof. E. Chambry qui se trouve sur Internet sur le site Lantiquit grecque et latine :

h p://remacle.org/bloodwolf/philosophes/platon/loisindex.htm#REP 336 Scrinium IV (2008). Patrologia Pacifica Ce e parallle suggre que la clbre potesse byzantine non seulement lisait Platon, mais utilisait ses uvres de faon crative. On voit que Cassia remanie Platon en employant ses mots et ses ides pour exprimer un autre sens. Platon parle de lme, de sa sant et de sa maladie, et ce quil en dit nest point contradictoire au christianisme ;

cependant Cassia parle de la sant et de la maladie du corps et veut dire que si un homme est vicieux, la sant lui est inutile ; elle souligne que pour lhomme la sant de lme est beaucoup plus importante que la sant du corps.On ne sait pas si Cassia a lu les uvres de Platon dans le texte ou dans une anthologie. Le texte de Respublica est insr, par exemple, dans lanthologie de Jean Stobeus15 que le patriarche Photius examine dans le codex 167 de sa Bibliothque. Quoi quil en soit, Cassia tait sans doute lie avec les cercles de Photius et de Lon le Mathmaticien, et ils lisaient videmment les mmes livres.(14) Ces deux pigrammes montrent les particularits caractristiques de la mthode de Cassia notes par E. Malteze : elle partage les composantes de la sentence modle en faisant deux gnomes isoles (cf. Maltese, Una contemporanea di Fozio, Cassia, 74, sur le remaniement dune sentence de Climent dAlexandrie par Cassia) et change lidologie du texte quelle emploie (cf.

ibid., 79, sur lpigramme des femmes cre par Cassia daprs le texte de 1 Ezras 3 : 12).

(15) C. Wachsmuth, O. Hense, Ioannis Stobaei Anthologium, 5 vols. (Berlin, 12 : 1884 ; 3 : 1894 ; 4 : 1909 ; 5 : 1912) ; le passage que nous intresse se trouve dans le livre 3, ch. 9, sect. 61.131133.

(16) Il y en a un tmoignage qui me semble assez clair : tous les trois ont lu le roman dAchille Tatius sur Leucippe et Clitophon une lecture apparemment peu typique pour les pieux byzantins, surtout pour les moines.

Photius a estim le roman comme indcent et vicieux (Cod. 87 de la Bibliothque) ; mais Lon a crit sur le roman une pigramme o il indique le moyen de tirer profit de la lecture, en interprtant lhistoire des hros dune faon allgorique (H. Beckby, Anthologia Graeca, t. 3 (Mnchen, 1975) 124 ; cf. P. Lemerle, Le Premier humanisme byzantin. Notes et remarques sur enseignement et culture Byzance des origines au Xe sicle (Paris, 1972) (Bibliothque Byzantine :

tudes 6) 169) ; Cassia a utilis le roman pour crire deux pigrammes-paraphrases (cf. plus haut, n. 2). Jen ai dj fait mention dans mon article sur Cassia et Thophile : . . ( ), : , Scr 2 (2006) 240272, cf.

244245, n. 25. Sur lintrt de Lon le Mathmaticien et de Photius pour la philosophie grecque antique cf., par ex. : J. Irigoin, Survie et renouveau de la li rature antique Constantinople (IXe sicle), Cahier de Civilisation Mdievale XeXIIe sicles 5 (1962) 292300, et Lemerle, Le Premier humanisme byzantin..., Kassia Senina Cependant on peut trouver une partielle parallle avec ces pigrammes de Cassia dans Sirach 30:1415, o il sagit de la supriorit de la sant sur tous les biens du monde ; ces versets sont insrs dans Sacra parallela de Jean Damascne avec le sous-titre Sur la sant et quelle surpasse tout :

,.

,. Mieux vaut un pauvre sain quun riche prouv dans son corps.

Sant et vigueur18 valent mieux que tout lor du monde, mieux quune immense fortune .

Les premire et troisime pigrammes reprsentent peut-tre une autre parallle avec Sacra parallela :

(...),. Il y a beaucoup de voies dans la vie remplie de souffrances, et chacune est lie avec son mal : (...) la solitude avec une infirmit .

Il est possible que Cassia ait employ en mme temps Platon et Sacra parallela ;20 mais on voit quelle discute avec les sources o elle puise ses allusions en changeant le sens de ses modles.

La 4me pigramme du bloc est un exemple dune mthode propre non seulement Cassia mais aux auteurs de gnomes en gnral : la 167176 (Lon), 189204 (Photius); Photius avait cependant plus de rserve lgard de Platon que Lon.

(17) PG 96, 380B.

(18) Ici le sens du mot est plus proche de sa traduction dans le vers de Cassia propose par Tripolitis ; dailleurs je crois que le sens des pigrammes indique une autre signification, ce qui affirme que la potesse avait Platon comme source de son inspiration.

(19) PG 95, 1124C.

(20) M. D. Lauxtermann (The byzantine Epigram, 122) a not que Sacra parallela jouaient une grande rle pour la tradition monastique ; mais je ne sais pourquoi il appelle ce recueil one of the most popular Byzantine gnomologies, car cest tout de mme un autre genre, non pas de diverses pigrammes mais des citations des Saintes Ecritures et des Pres dglise classes selon les sujets.

Pages:     | 1 | 2 || 4 |



2011 www.dissers.ru -

, .
, , , , 1-2 .